Le mystère des escaliers sans fin

Publié le par Mimosa

Dans ce blog, j'ai déjà parlé des escaliers à vis ou escaliers colimaçon.
Si vous voulez vous rafraichir la mémoire, vous pouvez aller regarder là :
http://amour-humour-magie-etc.over-blog.com/article-34834965.html

et là :
http://amour-humour-magie-etc.over-blog.com/article-34834965.html

Maintenant, je vais vous initier aux escaliers sans fin.




D'abord, celui des mes potes les Shadoks.
Vous remarquerez que pour monter il faut savoir descendre et vice versa.
Et bien sûr, savoir différencier l'escalier qui monte de celui qui descend.











Escher est également passé par là, et voici le résultats de ses investigations.




Les Shadoks se sont relookés en fourmis, et se déplacent sur un escalier sans fin, rappelant quoi ? hein ?
Vous n'avez pas entendu parler de l'anneau de Moebius ?

Si vous ne connaissez pas Moebius, bande de fainéants, il n'y a qu'à taper sur votre moteur de recherche favori "Moebius", Je ne vais pas tout faire à votre place, quand même.









Là, ça ne s'arrange pas. Avec la relativité de trois espaces concomitents mais différents, il y a de quoi attraper le tournis.

Pour bien saisir la subtilité, regardez aussi en penchant la tête à droite, puis à gauche (ou dans le sens inverse).
Et attention au torticolis !











Là, ce n'est plus le mystère de l'escalier sans fin, mais celui de l'échelle.
Si certains de mes lecteurs ont un cheminement ésotérique, cela devrait leur parler.










Maurits Cornelis Escher (17 juin 1898 - 27 mars 1972) est un artiste néerlandais , connu pour ses gravures sur bois, litographies et mezzotintos, qui représentent des constructions impossibles, l'exploration de l'infini, et des combinaisons de motifs qui se transforment graduellement en des formes totalement différentes.

Son œuvre expérimente diverses méthodes de pavage en 2 ou 3 dimensions ou représente des espaces paradoxaux qui défient nos modes habituels de représentation. L'œuvre de Maurits Cornelis Escher a séduit de nombreux mathématiciens auxquels il se défendait d'appartenir. Il aimait à dire à ses admirateurs : « Tout cela n'est rien comparé à ce que je vois dans ma tête ! ».

(source Wiki)




Commenter cet article

Zora 24/10/2009 20:26



ARBRE qui dans les contes de fées sera ma promise ?
Celle a la chevelure d'or ?



Zora 24/10/2009 20:22


Lettres chevauchées tes escaliers !
Ouverture vers la Lecture !
Pas si Chadoks que ça !
=méandres des sens !


Mimosa 25/10/2009 10:34


Mettre le commentaire à la
corbeille


Odin 21/10/2009 18:23


Hannn c'est génial on dirait mes cours de psychologie cognitive, je suis en vacances demain Mimosa merci bien !!! è_é loollll !! Fascinants escaliers. :)


Mimosa 21/10/2009 18:53


Je pense que les méandres du cerveau humain sont encore plus fascinants et mystérieux que ces escaliers.
Bisous Odinou et bonnes vacances ...